Nos enfants sont-ils empoisonnés par l’air qu’ils respirent ?

Suite à la récente publication d’une étude scientifique réalisée à Paris, David Cormand s’inquiète pour la santé des enfants normands. Le président du groupe des élus EELV au conseil régional interpelle AirNormand : « pouvez-vous nous dire si nos enfants ont du carbone dans leurs poumons ? »

 

Un étude alarmante publiée par la revue scientifique EbioMedecine vient de constater la présence de nanotubes de carbone dans les poumons des enfants de la capitale. C’est un dépistage de routine de l’asthme auprès de 64 enfants – agés de deux mois à 17 ans – qui est à l’origine de cette inquiétante découverte. Tous les patients sont infectés, tous leurs poumons contiennent des nanotubes de carbone. Ces particules proviendraient de gaz d’échappement des véhicules parisiens et de la poussière suspendue dans l’air de la capitale. Selon les scientifiques, y être exposé à long terme augmente les risques de diabètes, de cancer du poumon, de maladies respiratoires…

« Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il n’y pas de raison que les enfants des grandes villes normandes échappent à cet empoissonnement sournois » affirme David Cormand. Le président du groupe des élus EELV au conseil régional de Haute-Normandie interpelle directement AirNormand : « Des prélèvements similaires à ceux effectué en île-de-France ont-ils déjà été effectués dans notre Région ? Si oui, quelles en sont les conclusions ? Si non, il est urgent de conduire des investigations. »

Selon l’OMS, la pollution atmosphérique a déjà tué 7 millions de personnes en 2012. Pour les écologistes, il est hors de question de transiger avec la santé de nos enfants. Hélas, les gouvernements européens, dont la France, ne sont pas sur la même position. Ils viennent même de se mettre d’accord sur les émissions de NOx pour les véhicules diesel – qui seront le double des plafonds autorisés par la précédente législation européenne datant de 2007.

« Quelques semaines après le scandale Volkswagen, cette décision est d’un cynisme sans nom. Les pouvoirs publics doivent prendre leur responsabilité. C’est à eux de garantir à chacun le droit de respirer un air pur, et non pas de se faire les relais de lobbys industriels » conclu l’élu régional.

Remonter